Shaping the future of animal health
Groupe Virbac
Contact fondation Virbac

Pour plus d'informations sur nos actions dans ce domaine, écrivez-nous contact@fondation-virbac.org

 

Retrouvez le programme 2016 et ses résultats.

Plus

Fondation Virbac : la santé animale au cœur de la santé des écosystèmes

Dans le cadre de sa mission de sensibilisation du grand public à la santé animale, la fondation Virbac soutient depuis 2015 un programme One Health dans le parc national de Gonarezhou au Zimbabwe. Une action de terrain qui vise à améliorer les conditions sanitaires des populations animales et humaines locales.

De nombreux challenges sanitaires émergent en bordure du parc national de Gonarezhou - « l’endroit des éléphants », où vivent depuis toujours les communautés Shangaans. Il y a d’abord la rage qui a ressurgi en 2013 avec des cas de rage humaine et animale. Cette zoonose est encore sous-évaluée dans des régions aussi reculées que Mahenye où les familles Shangaan, très peu informées, pensent souvent que leurs enfants sont atteints de formes cérébrales de paludisme. Comme le résume l’infirmier du village à propos de cette fillette de 10 ans décédée de la rage en 2013 : « De toute façon, même si on avait su que c’était la rage, la famille n’aurait rien pu faire car le traitement post-morsure n’est disponible qu’à 150 km et coûte plus de 300 $ ».
Cattle_Herder_River2.jpgLes risques plus insidieux d’autres zoonoses comme la tuberculose bovine, dont le principal réservoir sauvage est le buffle, la brucellose et l’anthrax sont accrus dans cette région en raison de l’intensification des contacts entre humains et animaux, domestiques et sauvages, autour des points d’eau et des zones de pâturages qui se raréfient au gré des saisons et des changements climatiques. Ainsi, la tuberculose bovine est aussi réapparue en 2009 dans le cheptel bovin autour du parc, la maladie ayant progressé au sein des troupeaux de buffles depuis l’Afrique du Sud. Des prévalences de 3% et 2% ont été détectées autour du parc respectivement dans les troupeaux de buffles et bovins domestiques. La brucellose affecte également 16% des bovins domestiques autour du parc et plus de 20% des buffles. Les foyers d’anthrax sont aussi de plus en plus nombreux, provenant le plus souvent de l’apparition de foyers chez des espèces sauvages et occasionnant parfois la perte du cheptel entier d’une famille et une contamination humaine dans un tiers des cas. Le risque de transmission de zoonoses à l’homme est d‘autant plus grand que ces populations ont une immunité compromise par d’autres infections ainsi qu’une sécurité alimentaire précaire.

DES RÉSULTATS CONCRETS

 


Parc de Gonarezhou (parc transfrontalier du Great Limpopo) :
• 53% de couverture vaccinale contre la rage à Mahenye
• Intégration du module « One Health sur les zoonoses » dans toutes les campagnes de sensibilisation sur la conservation de la faune dans les communautés autour du parc
• Sensibilisation aux zoonoses de plus de 1 000 personnes dans 13 communautés autour du parc de Gonarezhou

Parc de Hwange (parc transfrontalier du Kavango-Zambezi) :
• Intégration du module « One Health » dans le programme de mitigation du conflit homme/faune sauvage
• Installation d’un parc de contention et d’installations pour une surveillance sanitaire continue du cheptel
• Vaccination de près de 300 bovins contre les principales zoonoses (anthrax, brucellose) et infections endémiques (charbon symptomatique, botulisme, dermatose nodulaire) dans la communauté de Manbanje.

 

VACCINATION CONTRE LA RAGE

Un programme de mieux en mieux accepté par les communautés Shangaan

Awareness_School18_web.jpgDepuis 2015, le programme que soutient la fondation Virbac a mis en place une campagne annuelle de vaccination contre la rage dans la communauté de Mahenye. Commencée dans l’urgence après l’identification des cas de rage humaine, la vaccination était d’abord mal perçue chez les Shangaan qui étaient persuadés que cela pouvait tuer leurs chiens ou réduire leurs aptitudes à la chasse. Une telle croyance est ancrée dans l’histoire culturelle de ce peuple, dont la tradition cynégétique est depuis toujours réprimandée par les autorités des parcs nationaux. Grâce aux campagnes de sensibilisation menées par le projet ainsi qu’au réel dévouement de l’équipe vétérinaire dont les visages sont désormais devenus familiers dans les communautés, la campagne de vaccination de 2017 s’est déroulée dans un climat de confiance accrue. Pour la première fois, de jeunes Shangaan se sont portés volontaires pour assister les vétérinaires à la contention des animaux et pour mobiliser les autres propriétaires.

Dogs_kids_5dogs.jpgEn 2017, la campagne de vaccination a atteint plus de chiens qu’en 2016 (+ 4,3%), permettant ainsi de réaliser une couverture vaccinale de 53%.  Aucun cas de rage humaine n’a été signalé depuis le début de la vaccination en 2015 mais l’objectif de 70% de couverture vaccinale reste à atteindre pour protéger efficacement la population. Afin de mieux cerner la perception de la vaccination par les différents segments de la population Shangaan et d’obtenir une estimation plus fiable de la population de chiens domestiques, le projet vient également de mener une étude de base auprès des foyers dans la communauté de Mahenye.

ZOONOSES : SENSIBILISATION ET PRÉVENTION

Sensibiliser les communautés locales et les écoliers

Awareness_IISchool6.jpgC’est un travail de longue haleine car la perception du concept de maladie chez les Shangaan est ancrée dans une vision plus globale de la santé comportant de fortes dimensions spirituelles et culturelles. Une campagne de sensibilisation sur la prévention et le contrôle de la rage et d’autres zoonoses a été initiée en 2016. S’appuyant sur un matériel éducatif spécialement développé par le projet et comportant plusieurs supports (manuel, poster, présentation), dont certains ont été traduits en langue locale, les ateliers de sensibilisation couvrent le concept général des zoonoses et de la prévention par une meilleure hygiène et une surveillance sanitaire renforcée. En 2017, des ateliers de sensibilisation One Health ont été étendus à 13 communautés vivant autour du parc. Ces ateliers vont maintenant être intégrés dans toutes les campagnes de sensibilisation sur la conservation de la faune sauvage qui sont régulièrement menées autour du parc auprès des communautés locales.

Une meilleure prévention grâce à une gestion intégrée de l’eau et de la nutrition

Réduire l’interface et les risques de contacts entre faune sauvage et animaux domestiques ainsi que les risques de contamination humaine s’inscrit également dans les objectifs du programme One Health que la fondation Virbac contribue à concrétiser. Cela passe par une gestion intégrée de l’approvisionnement en eau. L’installation d’un deuxième système d’approvisionnement en eau de remplacement pour le bétail est en cours de développement - le premier ayant été mis en place en 2016 pour près de 500 têtes de bétail. Ce nouvel approvisionnement en eau potable dans l’une des zones les plus reculées de la communauté de Mahenye permettra également de développer un jardin potager pour une cinquantaine de familles afin d’améliorer leur sécurité alimentaire pendant la saison sèche.
WomenPumpingWater4.jpg

ONE HEALTH, UN MODÈLE D’AVENIR

One Health étendu aux parcs transfrontaliers d’Afrique australe

Au vu des résultats encourageants du projet autour du parc de Gonarezhou, un programme pilote a été initié avec le soutien de la fondation Virbac dans le parc transfrontalier du Kavango-Zambezi, autour du parc national de Hwange. Couvrant plus de 35 aires de conservation réparties sur cinq pays, ce parc abrite la plus grande population d’éléphants d’Afrique. L’instauration d’un programme de prophylaxie médicale et sanitaire contre les zoonoses et principales maladies des bovins endémiques dans la région a déjà rencontré un vif succès auprès des éleveurs de la communauté locale de Manbanje, où un programme communautaire de surveillance sanitaire est progressivement mis en place.

One Health, au cœur des Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 pour la planète

A travers ses initiatives One Health pour la conservation de la faune menacée, de la biodiversité et le développement communautaire, la fondation Virbac contribue à 5 des 17 Objectifs de développement durable (ODD) de l’Agenda 2030 des Nations-Unies : pas de pauvreté (1), faim « zéro » (2), bonne santé et bien-être (3), eau propre et assainissement (6) et vie terrestre (15). La réalisation de partenariats entre tous les acteurs du projet, incluant ceux de la conservation1, les partenaires gouvernementaux2, l’Union européenne et le secteur privé dont la fondation Virbac, permet également de contribuer à l’ODD17 (partenariats pour la réalisation des objectifs).

One Health pour les générations futures

Le 3 novembre est maintenant déclaré journée « One Health » partout dans le monde. Dans la communauté Shangaan de Mahenye, les écoliers ont déjà contribué à cette journée mondiale en participant aux ateliers de sensibilisation sur les zoonoses. Clôturant la semaine de vaccination contre la rage, cette journée ouvre aussi la voie à un avenir meilleur pour les jeunes écoliers Shangaan, futurs acteurs et protecteurs de leur santé et de celle de la planète.Dogs_ChildrenPlaying2.jpg

1 projet WILD, Zim Wild-Vet Trust, African Wildlife Conservation Fund, Wildlife Conservation Research Unit, African Bushcamps Foundation, Hwange Lion Research
2 Département des Services Vétérinaires, Département des Parcs Nationaux

Retrouvez les programmes et résultats 2015 et 2016.